La loi Pinel a été mise en place en septembre 2014 pour remplacer et surtout améliorer les modalités de la loi Duflot en termes de défiscalisation. Ayant été populaire et utilisée par bon nombre de contribuables, l’État a décidé de prolonger le dispositif Pinel jusqu’en 2021. Comme elle a prouvé son efficience, elle est relancée cette fois, sur un zonage beaucoup plus restreint où l’offre est moins abondante que la demande. Ainsi, désormais, le dispositif Pinel s’adresse aux zones A bis, A et B1. Les zones B2 et C seront totalement exclues même si la zone B2 dispose encore d’un petit sursis pour l’année 2018 uniquement.

Pourquoi investir dans le neuf avec le dispositif Pinel ?

Les principaux avantages de la loi Pinel sont la constitution d’un patrimoine immobilier, la diminution des impôts à payer et corollairement de la pression fiscale, et la perception mensuelle d’un loyer pour améliorer son cadre de vie.

En pratique, ces avantages se répartissent comme suit :

Une réduction d’impôt différente en fonction de la durée de la location : 6 ans = 12%, 9 ans = 18% et 12 ans = 21%
Une préparation à la retraite grâce aux loyers perçus chaque mois. Ce qui est une anticipation des rentes du patrimoine à la retraite.
La possibilité d’être propriétaire puisque le bien sera en partie financé par l’État au travers des réductions d’impôts et les loyers perçus.

Où investir avec la loi Pinel ?

Investir dans le neuf avec le dispositif Pinel

Avec ce nouvel agencement, les zones éligibles à la loi Pinel ont privilégié les villes avec plus de 250.000 habitants et qui proposent une forte demande en bien immobilier. Aussi, pour investir dans la loi Pinel aujourd’hui, il faut que la maison ou l’appartement soit situé dans les zones A, A bis et B1.

La zone A compte toutes les villes de l’agglomération genevoise, de l’ensemble de la Côte d’Azur et de l’Île de France. La zone A bis regroupe la capitale et les 29 communes limitrophes. Elle est actuellement considérée comme la zone la plus tendue vue qu’elle affiche un faible niveau d’offres en logements comparées à celles de la demande. Quant à la zone B1, elle compte toutes les villes qui ont plus de 250.000 habitants comme Toulouse, Aix-en-Provence, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Rennes, Bordeaux, Lille, Strasbourg, etc.